Le jour où la machine s’arrêta – Chapitre II: L’orage

Pour vous accompagner durant tout l’été, le Gramophone Beuglant vous propose de lire une nouvelle de Gustave Boileau: “Le jour où la machine s’arrête”. Bonne lecture et à la semaine prochaine pour la suite!

Chapitre II: L’orage

Lorsqu’il se réveille, le jour s’est enfin levé. L’orage a fait place à un beau soleil. Georges ouvre la portière puis sort du véhicule. Dehors flottent des effluves de terre mouillée, d’humus, de forêt après la pluie. Il s’étire et fait quelques pas sur le chemin. Il est jonché de feuilles, d’épines de pin et de petites branches, autant de preuves de la violence de l’orage du matin.

Le cheval est bien mort et le cocher n’est pas réapparu. Georges récupère son cartable et …

[…]

Vous pouvez lire la suite de la publication originale créé par Unknown sur gramophone-beuglant.blogspot.com

You can read the rest of the original publication created by Unknown on gramophone-beuglant.blogspot.com